FASHIONNEWS

6 façons de rendre la seconde main responsable

Depuis quelques mois, la mode bouge. Les marques repensent leurs modèles et le consommateur est désireux d’un mode de consommation plus propre. Un phénomène qui a redonné ses lettres de noblesse au vintage et qui a également fait renaître le seconde main (Quelle différence entre le vintage et le seconde main ? Ça se passe ici), un marché anciennement obscur et honteusement pratiqué. Aujourd’hui, pour faire valoir nos talents de dénicheuse il est de bon ton de dire “Je l’ai acheté sur Vinted” plutôt que “Je l’ai trouvé chez Zara”. Alors oui, cette tendance à s’enorgueillir de nos vêtements de seconde main prouve que les mentalités changent et que la mode évolue vers “un mieux”, mais sans une réforme profonde des façons de consommer la mode, la fripe pourrait s’ajouter aux problèmes déjà existants. Shopper seconde main c’est cool, mais shopper seconde main de manière responsable, c’est mieux.

N’ACHETEZ PAS POUR REVENDRE

“Il n’y a pas plus responsable qu’un vêtement déjà existant” entendons nous dire depuis l’essor de la seconde main. Ce slogan fait d’ailleurs le succès de la plateforme Vinted servant la promotion de l’économie circulaire via ses campagnes publicitaires. Le problème, c’est que ces nouvelles plateformes de ventes offrent une excuse supplémentaire aux shopper addict, y reconnaissant un moyen de rentabiliser leurs achats compulsifs. Cette manière de faire est loin d’encourager l’économie circulaire ! Au contraire, elle pousse à l’achat de pièces à usage unique et augmente le bilan carbone par la revente et la livraison de ceux-ci ces applis.

La solution :  L’existence de nouvelles solutions pour débarrasser son placard des vêtements dont on ne veut plus est aubaine pour la slow fashion et les personnes désireuses de faire la transition vers une mode plus responsable. Seulement, aujourd’hui 30% des vendeurs se débarrassent de leurs vêtements pour en acheter de nouveau. L’idée ici est de revoir sa consommation de vêtement et non pas de déplacer le problème sur un modèle “plus propre”.

PRÊTEZ ATTENTION À CE QUE VOUS ACHETEZ

Une consommation de vêtements plus raisonnable et raisonnée est le point de départ d’une transition vers un avenir responsable. Les vêtements bon marché issus de la fast fashion sont presque toujours de mauvaise qualité et tombent en lambeau au bout de quelques mois. Il est donc probable qu’ils ne vivent pas assez longtemps pour être revendus. Et quand bien même ils seraient rapidement remis en vente, leur valeur et leur portabilité sont faibles pour ceux qui les achètent. Leur destin est déjà scellé lors du premier achat. 

La solution : On ne le dira jamais assez : si vous devez investir dans une pièce, prêtez une attention particulière à sa qualité. La matière risque-t-elle de boulocher ? Ce t-shirt ne va-t-il pas se déformer ? Est-il agréable à porter ? Le porterais-je encore dans quelques années ? Cela vous permettra non seulement de la garder des années, mais également de lui donner une seconde vie durable si vous devez la revendre. 

ACHETEZ DES VÊTEMENTS À VOTRE TAILLE

Depuis que le surcyclage et la seconde main ont le vent en poupe, les fripes observent un nouveau phénomène : l’achat de vêtements grande taille ensuite réajustés ou transformés par l’acheteur. Pourquoi ? Car les vêtements en fripe sont souvent des modèles uniques. Certains préfèrent donc passer par la case machine à coudre plutôt que de passer à côté d’une belle affaire. Conséquence, il est de plus en plus difficile pour les personnes portant des vêtements grande taille de trouver chaussure à leur pied et de consommer responsable (rares sont les marques de slow fashion à posséder les ressources nécessaires pour proposer un large choix de tailles).

La solution : Nous comprenons qu’il est parfois difficile de passer à côté d’une belle pièce si celle-ci ne nous va pas, d’autant plus muni d’une maîtrise en machine à coudre, mais ne dit-on pas “le malheur des uns fait le bonheur des autres” ? Shopper à sa taille nous permet non seulement de gagner du temps, mais permet aussi à la mode circulaire d’habiller toutes les silhouettes. Et si vous voulez absolument un t-shirt oversize façon 90’s, pourquoi ne pas regarder dans le placard de vos paternels ?

AVANT DE DONNER OU DE REVENDRE, DEMANDEZ-VOUS SI QUELQU’UN EN AURA BESOIN

Il n’est pas rare de penser que les vêtements dont nous nous débarrassons au point relais ou auprès d’une association auront tous une seconde vie. Pourtant seulement un tier sont recyclés. Pourquoi ? Les raisons sont nombreuses. Le vêtement est en mauvais état, la mode évolue ou ne correspond pas à la clientèle des fripes… Et non, en ce qui concerne les dons, un sans abris n’a pas besoin d’un t-shirt tie and dye, mais plutôt de vêtements durables et en bon état.

La solution : 

-Si vous vous séparez de vos vêtements, posez-vous la question suivante: «Est-ce que moi ou quelqu’un que je connais payerai pour acheter ce vêtement ?”

Si la réponse est non, ne le donnez pas automatiquement. Prenez connaissance à l’avance des infrastructures faisant appel aux centres de recyclage textile (on vous dit comment faire ici).

-Si c’est oui, vendez-le.

-Si c’est peut-être – s’il s’agit d’une pièce vintage ou de bonne qualité avec un défaut – essayez de l’apporter dans une friperie locale et demandez au gérant ce qu’il fait de ces pièces.

UPCYCLEZ VOS VÊTEMENTS

Pour les plus créatives, l’upcycling est un bon moyen de donner une seconde vie responsable à ses vêtements. Non seulement, cela n’aura pas nécessité un passage en fripe pour trouver de quoi faire, mais en plus, vos créations colleront à vos envies actuelles. Une astuce gratos qui, peut-être, vous convertira aux joies de la couture. Pour les plus maladroites et flemmardes d’entre-nous, bonne nouvelle ! La slow fashion a vu apparaître une poignée d’initiatives qui se chargent d’upcycler nos vêtements à notre place. Il n’est plus nécessaire de passer des heures sur Youtube pour apprendre à coudre un boutonnière. Pickloz, RESAP ou encore Makroud donnent une seconde vie à vos vêtements. 

FAITES LA PROMOTION DE LA SECONDE MAIN

Certaines d’entre nous sont encore timides à l’idée de dire que leurs fringues sont de seconde main. Bas les masques ! Sortez vos trouvailles de votre placard et faites l’apologie du “pre-loved”. Cela aidera à déstigmatiser davantage la mode d’occasion, à transformer l’image de la fripe et réformer la mode d’aujourd’hui !