NEWS

Boycott Le Slip Français après le blackface de deux empoyés : que s’est-il passé ?

La sphère de la mode éthique a été secouée ce vendredi 3 janvier. Suite à la diffusion d’une vidéo sur le réseau social Instagram, deux employés de la marque Le Slip Français ont provoqué l’indignation. La cause ? Une série de post montrant deux femmes, dont une grimée en noir et un homme imitant un singe sur la musique Saga Africa de Yannick Noah. Les videos tournées lors d’une soirée privée ont été relayées par le compte Instagram « Décolonisons-nous » dévoilant au même moment l’identité de deux des protagonistes  employés par la marque Le Slip Francais.

Mettant l’accent sur sa production Made In France et l’utilisation de matière recyclable et de coton bio, Le Slip Français est un représentant de taille au sein de la communauté de la mode durable. Présente sur une grande majorité des évènements responsables, la marque prône des valeurs fortes comme le respect et l’égalité revendiquées sur leur site “Nous croyons que changer le monde en bien, ce n’est pas juste un métier de super-héros. Nous sommes optimistes, embarqués dans une aventure joyeuse et une entreprise sérieuse. Nous vous proposons de construire, ensemble et à pas de Slip, un modèle d’échange plus juste, solide, pérenne et transparent, pour nos clients et nos partenaires, pour nous tous.” La marque serait-elle donc le parfait exemple des nouveaux modèles greenwashés ?

Aussi, suite à l’indignation des internautes appelant au boycott de la marque Le Slip Français, l’entreprise textile a réagi en partageant un communiqué condamnant les actes de ses employés et précisant la sanction de ceux-ci. Néanmoins la teneur de ces sanctions n’ont pas été précisées et les internautes demandent leur renvoi. Cela nous pousse à penser que le système de recrutement doit être révisé et qu’il doit faire loi au sein des entreprises engagées. On attend vos réactions sur Facebook !

Voir cette publication sur Instagram

Nous voici donc en 2020... les actes racistes ont encore de beaux jours devant eux... • Ne nous détrompons pas. TOUT le monde connait le sens d’un blackface aujourd’hui. C’est suffisamment médiatisé pour que l’on sache qu’y avoir recours est plus que problématique. C’est raciste. • Il s’agit ici d’atteinte à la dignité humaine contre des personnes en raison de leur couleur de peau. Ces personnes qui se permettent de danser grossièrement, le corps et le visage grimés, ou de mimer un singe pour répondre aux exigences du thème « Viva Africa » de la soirée, ont un comportement raciste condamnable et punissable par la loi🤮. • • D’après les tags de cette vidéo, nous avons affaire à @la_balme @zoenwc @rolandlucas. Il semblerait d’après des abonné.e.s qu’il s’agirait pour une partie de responsables en poste chez @leslipfrancais. • • N’étant pas une soirée officiellement organisée par cette marque, nous ne pouvons la blâmer directement. Mais nous pouvons voir à quel point le comportement de collaborateurs et de collaboratrices sur les réseaux sociaux est important. Et à quel point il est indispensable pour toute société qui se prétend « responsable et engagée », « respectant tout ceux qu’elle croise sur son chemin », « osant poser les questions qui fâchent » pour que son « action ait un impact positif sociétal » et qui considère comme primordiale la lutte antiraciste, de s’assurer en amont que ce genre d’agissements déshumanisants, rabaissants, et insultants ne soient pas l’apanage des membres de son équipe. L’éducation ne devrait pas leur revenir, ceci est clairement le rôle des parents à la base, mais lorsqu’il s’agit d’adultes responsables, les retombées ne se font plus sur les parents, mais bien sur l’environnement professionnel. Ne dit-on pas qu’il vaut mieux prévenir que guérir ? • @leslipfrancais, étant donné la portée et la taille de votre entreprise, il faut communiquer là-dessus et faire votre part du job, ne faites pas l’impasse sur ces faits graves,vous n’êtes pas responsable des actes individuels de vos recrues,mais il est indéniable que leurs répercussions vous concernent tout autant. #racisme

Une publication partagée par Décolonisons Nous (@decolonisonsnous) le