FASHION

Chanel métiers d’art : artisanat de haut vol

The Alleah

Hier, Chanel nous présentait son mythique défilé des Métiers d'Art. Un événement particulier qui nous donne l'occasion de s'interroger sur le luxe et son rôle dans l'avenir de la mode. Explication :

Il y a bien longtemps le luxe régnait en maître sur la sphère de la mode. Les tendances venaient d’en haut et les marques de prêt-à-porter trouvaient le moyen de s’aligner. Puis internet est apparu. Plus besoin pour les grands groupes d’attendre quelques mois avant de décrypter les tendances les plus fortes. Les médias et les réseaux sociaux les informent en instantané, poussant ces grandes industries à produire toujours plus vite, à plus grand volume et à moindre coût. Ce phénomène appelé Fast Fashion bouscule alors toute la synergie d’une industrie rodée depuis des décennies. Pour rester compétitif, le monde du luxe modifie son rythme. Les pré-collections apparaissent, les collaborations entre grands groupes et marques de luxe se multiplient. Petit à petit, le luxe oublie ses valeurs en faveur du profit.

Il serait pourtant dommage de faire la confusion entre ces défilés à visée commerciale et le défilé des Métiers d’Art de Chanel, présenté pour la 16ème année. La collection des Métiers d’Art de Chanel fait de nouveau de la mode un art à part entière et rend hommage à l’artisanat et aux nombreuses maisons avec lesquelles elle collabore. A l’occasion de cet évènement, Chanel a investit la Philharmonie de l’Elbe à Hambourg (ville natale de Karl Lagerfeld) pour mettre en avant ses pièces uniques et célébrer l’artisanat riche de ses onzes ateliers :

Barrie Knitwear: La maison de tricot écossaise a été fondée il y a plus de 140 ans produisant initialement des pulls pour l’armée britannique, avant de devenir le fournisseur favori des plus grands noms de la couture dans les années 1950, dont Chanel.

Desrues: Fabricant de bijoux et accessoires depuis plus de 100 ans, Desrues collabore avec la maison Chanel depuis 1985. Depuis lors, Karl Lagerfeld a travaillé à maintenir le haut niveau d’artisanat et d’art établi par Desrues. Le résultat : une production journalière estimée à 4 000 boutons et huit collections annuelles de bijoux de 100 pièces finement travaillées.

Goossens: Robert Goossens, l’un des plus grands joailliers et orfèvres de Paris s’est spécialisé dans la création de bijoux bronze, argenté et doré, incrustés de pierres semi-précieuses, quartz et perles de culture. Aujourd’hui, la maison est sous la direction de Patrick Goossens, fils du fondateur et collabore avec Chanel depuis 2005.

Guillet: Maître corsage depuis 1896, Guillet réinvente les marguerites, les jasmins, les roses, les muguets et les gerberas comme des postiches, des diadèmes ou encore des couronnes pour les plus grandes maisons de couture.

Lemarié: Chanel travaille avec ce célèbre fabricant de plumes depuis que Coco Chanel a fait de la fleur l’emblème de la maison. Aujourd’hui, le camélia et son design à seize pétales continue d’être inventé et réinventé par les artisans de Lemarié.

Lognon: Spécialisée dans le plissage des tissus depuis 1945, Lognon possède une expertise unique qui allie l’artisanat manuel au travail de vapeur sur carton pour créer des plis parfaits. Dirigée par Gérard Lognon depuis plus de 68 ans, la société française a rejoint les Métiers d’Art de Chanel en 2013.

Massaro: Lancé en 1894, Massaro est crédité de la création de la toute première chaussure Chanel beige et noir, grand classique vestimentaire et signature Chanel. En 2002, Massaro rejoint la famille des Métiers d’Art et continue de revisiter les classiques de la maison, des talons classiques aux cuissardes.

Maison Michel: Créée en 1936, la Maison Michel a connu le succès dans les années 1970, lorsque les meuniers Pierre et Claudine Debard ont pris la barre. Créateurs de chapeaux et d’autres accessoires pour cheveux, ils ont donné naissance à une toute nouvelle génération de modistes qui ont ensuite travaillé pour Dior, Givenchy, Yves Saint Laurent et plus tard, Chanel. En 1997, Maison Michel devient l’une des premières filiales Métiers d’Art de Chanel.

Montex: Créée en 1939, Montex est le spécialiste du perlage ou du perlage de Lunéville – technique dans laquelle l’aiguille à crochet est utilisée pour enfiler perles, galons, paillettes et autres matériaux sur de la maille.

Un défilé unique qui nous fait nous interroger sur l’impact de l’industrie du luxe sur la mode éthique et le maintien d’anciens savoir-faire, voués à disparaître. Plutôt que de miser sur des collections et des campagnes à six zéros, le luxe ne ferait-il pas mieux d’investir dans l’avenir ? Montrer de nouveau l’exemple à l’industrie du vêtement puisqu’elle en a les moyens ? Ce qui est certain c’est que ce secteur si particulier doit se réinventer, mais quel chemin va-t-elle décider de prendre ?

Léa Marcq est la fondatrice et rédactrice en chef de THE ALLEAH. Sa mission est de démocratiser la mode responsable. La rendre plus ludique et plus accessible aux lecteurs de THE ALLEAH.