FASHIONNEWS

Créativité connectée

Alors que s’achève la cinquième semaine confinée – soit le 3687e jour – chacun semble avoir trouvé son rythme de croisière ou son objectif de croisade. Surtout, beaucoup d’entre vous semblent profiter de ce temps ralenti pour revoir ses classiques, se cultiver ou mettre à l’honneur leur créativité. Depuis le début de la crise, la mode donne le ton : le confinement sera créatif ou ne sera pas. Agences, marques et particuliers rivalisent d’inventivité pour mettre à profit cette période à grands renforts de podcasts, “live”, conférences et ateliers. Petit tour d’horizon de ce nouvel élan créatif et culturel spécial confinement.

Depuis quelques semaines, les designers se réfugient dans la créativité et pour certains cet exil imposé est plus stimulant que jamais. C’est le cas d’Olivier Rousteing, véritable parangon de la création digitale, qui profite de cette parenthèse confinée pour rassembler la communauté Balmain autour de différents concepts participatifs relayés sur Tik Tok ou Instagram. Avec “The Archives”, il raconte des moments emblématiques de la maison à travers des documents d’archives tandis que son concept “The Global Atelier” propose de découvrir le processus de création d’une collection tout en permettant à ses abonnés d’imaginer avec lui ses futurs défilés. En quelques semaines, Olivier Rousteing, le plus jeune directeur artistique d’une grande maison de couture, se retrouve ainsi à la tête d’une “Balmain Army” plus soudée que jamais. Plus créative, aussi. Son dernier projet digital #BalmainEnsemble, lancé le 1er avril, rencontre un véritable succès et semble séduire une Gen Z définitivement connectée. Un concept win-win et des initiatives probantes pour la marque qui s’assure ainsi un avenir confiant auprès d’une clientèle fidélisée.

L’engouement créatif que l’on observe sur les réseaux semble donc réellement communicatif. D’Olivier Rousteing à Jacquemus, on prône désormais l’acte de création comme une récréation collective. En ces temps de solitude, une oeuvre a vocation à être “partagée” : elle doit être contemplée et surtout “likée”. Ces dernières semaines, on assiste à une vague de concours, performances et challenges créatifs relayés sur instagram et Tik Tok notamment. Et tout le monde s’y met ! Avec le bon hashtag, une oeuvre peut faire le tour du monde en quelques heures et attirer le regard des plus grands, voire même être récompensée d’un clic d’encouragement. Le #athomewithjacquemus devient ainsi le “it” du moment et le “like” du créateur, le Saint Graal du confinement. Avec Instagram, l’acte de création devient un processus d’adhésion, une quête statutaire : un acte de reconnaissance

Le temps incite aussi au dialogue et à la collaboration. À l’image des créations  interdisciplinaires de la mode entre designers et artistes ces dernières années, les marques rivalisent d’ambition pour divertir leur public. Couture et musique collaborent ainsi comme Alicia Keys x Maison Valentino, Angèle x Chanel ou Rihanna qui propose de transformer votre salon en “Fenty Social Club”. De nombreux autres projets créatifs voient aussi le jour, rassemblant des talents aux horizons variés. C’est le cas de l’agence de création parisienne Bureau Badass qui vient de créer “Les Chantiers”, un projet digital participatif ayant vocation à connecter des personnes sur des projets artistiques thématiques. Le premier appel à projet, consacré à la nuit, a permis de créer plusieurs duos artistiques dont les oeuvres seront ensuite dévoilées sur le compte Instagram de l’agence. Une initiative qui semble plaire et qui prouve définitivement l’importance du digital pour une nouvelle génération de créatifs connectés. 

Constatant l’engouement rencontré par le public, les grandes marques, une à une, se prêtent au jeu.  Après Balmain et la marque britannique Alexander McQueen, c’est au tour de Maria Grazia Chiuri de lancer sa série de podcasts “Dior Talks” consacrée à l’art féministe où elle convie artistes et écrivains à venir discuter de leurs oeuvres et de leurs liens avec Dior pour laquelle elle crée les collections “Femme”. La maison Prada propose elle aussi “Possible conversations”, un cycle de conférence sur la mode, l’art, le cinéma, la littérature et l’architecture. Felipe Oliveira, à la tête de la création de Kenzo, rassemble également sa communauté lors d’ateliers et de performances musicales hebdomadaires et la maison Chloé, sous l’égide de Natacha Ramsay-Levi, lance son programme spécial confinement #ChloéVoices avec des talks, ateliers DIY et dj set live d’artistes renommés. Pour les plus initiés, Marc Jacob propose des tutos make-up à ses 1,4 millions d’abonnés sur Instagram et Naomi Campbell réalise son rêve en présentant sa propre émission “No Filter with Naomi” sur YouTube depuis son salon. 

On assiste donc à un véritable florilège d’initiatives en tout genre pour divertir et inciter à la créativité malgré ces temps confinés. Plongé dans l’incertitude de l’avenir, chacun semble prendre son mal en patience en prenant la vie au jour le jour et en cherchant un refuge dans la culture, l’art et la création. Créer l’instant présent, vivre sans trop penser à l’après, voilà peut être l’une des petites leçons de cette parenthèse imposée.