NEWS

Non, Game of Thrones ne parle pas du réchauffement climatique

Non, Game of Thrones ne parle pas du réchauffement climatique et voilà pourquoi…

SPOILER ALERT

L’immense succès de Game of Thrones sur HBO a longtemps été considéré comme une métaphore au réchauffement climatique. D’ailleurs George RR Martin (l’auteur des bouquins) a affirmé que son histoire faisait énormément référence aux faits d’actualité des temps modernes. Cependant, au cours de la 8ème et dernière saison de Game of Thrones, les scénaristes de HBO ont littéralement brisé la métaphore. Arya, personnage central de la série, a mis fin à la menace climatique métaphorée, laissant tristement place à un récit conventionnel dans lequel plusieurs forces se disputent le pouvoir politique. Dans le monde réel, le changement climatique est une menace beaucoup trop lourde pour n’être combattue que par une seule personne ou même plusieurs groupes d’activistes.

Alors, pourquoi autant de théories sur Game Of Thrones et son scénario « référence » au changement climatique ont été érigées ? Tout d’abord, parce que le tout premier épisode de la série s’intitule « Winter is Coming » (l’hiver arrive) pointant directement la menace à laquelle est confrontée le continent de Westeros : un hiver interminable et le grave danger qui l’accompagne, l’armée surpuissante des marcheurs blancs. Cependant, tout au long des saisons, les querelles politiques pour l’ascension au trône de fer ont empêché l’indispensable union des royaumes pour lutter contre la menace montante.

Pendant la 7ème saison, Jon Snow part à la rencontre de Daenerys afin de la convaincre de rallier son armée à celle de Winterfell. C’est ensuite auprès de Cersei qu’il en fait la démarche. «  Comment convaincre les personnes qui ne me connaissent pas que l’ennemi qu’ils pensent imaginaire arrive pour les tuer ? » demande alors Jon Snow à Tyrion qui lui répond « L’esprits des gens n’est pas fait pour gérer des problèmes aussi grands. Les marcheurs blancs, le Night King, l’armée des morts… C’est presque un soulagement que d’affronter un ennemi confortable et familier comme ma sœur (Cersei) »

Il est alors facile de faire le parallèle entre Jon Snow et une petite ONG qui essayerait de convaincre Donald Trump que le réchauffement climatique existe bel et bien et qu’une coalition est nécessaire pour renverser la vapeur.

La dernière saison, plus que toutes les autres, est une analogie directe au scepticisme du monde politique face au réchauffement climatique. Pendant plusieurs décennies, les gouvernements n’ont voulu ni croire, ni écouter les climatologues et scientifiques les alertant de la menace et de l’importance de changer nos modes de vie. Ce n’est que par l’accumulation d’ouragans, d’incendies, de sécheresses, d’inondations et autres catastrophes climatiques qu’ils ont pu ouvrir les yeux et opérer un changement organisationnel autour de la question. Tout comme Daenerys ayant décidé de se rallier à Jon Snow après avoir vu l’armée des morts de ses propres yeux.

Pour tous ses téléspectateurs et même pour l’auteur des livres, la métaphore de GoT à notre société actuelle est on ne peut plus claire. Pourtant non, Game of Thrones ne parle pas du réchauffement climatique.

Dans la 8eme saison, la série d’HBO brise la métaphore. Dans l’épisode 3 de la saison 8 de Game of Thrones l’armée des morts est vaincue en un seul combat, grâce à une seule personne. Dans la réalité, il faudrait que les gouvernements du monde entier mettent de côté leurs divergences politiques et affrontements territoriaux pour lutter contre la catastrophe qui nous attend. Sans compter que ce combat serait long et nécessiterait des mesures radicales appuyées et soutenues pendant plusieurs décennies. Si l’une des grandes puissances du monde réel refuse de s’attaquer à la crise climatique, elle serait grandement punie par les ravages causés par les impacts climatiques qui en résulteront. Pourtant, dans Game of Thrones, Cersei a refusé de se joindre au combat et s’en sort très bien. Elle en tire même avantage puisque l’armée de Daenerys subit de lourdes pertes mettant Cersei en position de force pour la dernière bataille.

Alors qu’ils tenaient entre leur main une métaphore parfaite qui a tenu en haleine des millions de téléspectateurs prêt à accueillir une solution fantasque aux problématiques actuelles, les scénaristes de Game of Thrones se sont dégonflés face à l’ampleur de la tâche. Où bien peut-être que notre destin sous la menace du réchauffement planétaire est si inéluctable que même les plus grands scénaristes fantastiques ne peuvent y apporter une solution…

Léa Marcq est la fondatrice et rédactrice en chef de THE ALLEAH. Sa mission est de démocratiser la mode responsable. La rendre plus ludique et plus accessible aux lecteurs de THE ALLEAH.