FASHION

Le petit guide des matières écologiques et durables pour modeuses averties

Lorsque l’on passe de la fast fashion à la slow fashion, il est parfois bien difficile de savoir à quelle marque, certification et matière se fier. L’industrie textile est encore trop opaque et ne nous facilite pas la tâche. Aussi, pour vous guider plus facilement dans votre reconversion, la rédaction vous dresse aujourd’hui une liste exhaustive des matières écologiques et durables auxquelles prêter attention sur les étiquettes. Pour les plus averties rendez-vous sur notre Sustainable Brand Guide pour découvrir notre sélection de marques responsables.

Le coton biologique et certifié GOTS

La production de coton traditionnel nécessite une quantité d’eau et de produits chimiques exorbitante. Lorsqu’un coton est dit écologique, cela signifie qu’aucun pesticide, engrais et autres produits toxiques n’ont été utilisés. Lorsqu’il est certifié GOTS, celui-ci a été tracé du début à la fin. Le référentiel de ce label intègre toutes les étapes de transformation textile : la fibre doit être certifiée en agriculture biologique et tout le processus de transformation doit respecter des critères environnementaux et sociaux précis.

Le chanvre

Utilisé depuis des siècles et malheureusement trop souvent associé à la sous culture hippie, le chanvre est une matière écologique par excellence. Cette plante nécessite une quantité minime d’eau et de pesticide pour être cultivée. Mieux, elle absorbe une grande quantité de CO2 lors de sa pousse inversant ainsi son impact carbone.

La soie biologique

Bien que la soie soit une fibre naturelle et peut être cultivée de manière durable, cette matière soulève des questions éthiques. Depuis l’Antiquité, cette fibre est cultivée à partir de vers à soie qui subsistent complètement sur les feuilles des mûriers. Ce processus peut avoir un faible impact car les mûriers sont résistants à la pollution et faciles à cultiver. Cependant, la plupart des procédés de fabrication traditionnels font bouillir les vers à soie pour rassembler les cocons permettant de créer la matière. La soie biologique, généralement certifiée GOTS, remet au goût du jour les anciennes techniques de fabrication de cette matière pour moins de cruauté.

Le polyester recyclé

Le polyester est l’une des matières les moins durables de l’industrie textile de par sa fabrication extrêmement nocive pour l’environnement. Elle nécessite une extrême quantité de produits chimiques, de combustibles fossiles et d’eau. Le polyester recyclé, en revanche, est fabriqué à partir de bouteilles en plastique recyclées et peut être reconditionné en tissu plusieurs fois. L’énergie utilisée pour sa fabrication est moitié moindre que celle utilisée pour le polyester « régulier ». Cette matière est donc une formidable alternative.

Le lin biologique

Le lin a exactement les mêmes propriétés que le chanvre, mais il faut néanmoins faire attention à ce que celui-ci soit issu de l’agriculture biologique. La plupart des récoltes ne respectent pas de normes environnementales spécifiques ce qui a tendance à faire grimper le score de son empreinte carbone. Une certification biologique généralement mentionnée sur les étiquettes permet de faire la différence. De plus, le lin est une matière biodégradable, à condition que celui-ci ait exclu l’utilisation de produits chimiques lors de son processus de fabrication.

Les tissus récupérés et recyclés

Les tissus recyclés et les tissus récupérés sont souvent confondus et regroupés dans une seule et même catégorie, mais leur définition est bien différente. Le tissu recyclé est constitué de fibres usées qui ont été décomposées et transformées en un nouveau tissu. Le tissu récupéré, est généralement une fin de rouleau ou un tissu vintage et d’occasion (comme les rideaux utilisés par la marque responsable Les Récupérables). La plupart des fabricants et des grandes enseignes se retrouvent avec des chutes de vêtements trop faibles en quantité pour pouvoir être utilisés. Les créateurs optant pour les tissus récupérés dessinent en général leurs vêtements à partir de la quantité, ce qui rend cette pratique quasiment « zero waste ». Créer des vêtements à partir de matières récupérées est un excellent moyen de lutter contre les déchets textiles.

Le Tencel

Le TENCEL® est le nom déposé de la fibre Lyocell, produite à partir de pulpe d’arbres qui poussent dans des plantations gérées durablement et certifiées FSC (Forest Stewardship Council).La pulpe des arbres est dissoute dans un solvant naturel et non toxique. Cette solution est ensuite extrudée par de petits trous pour produire la fibre. Le solvant est récupéré et recyclé en circuit fermé, ce qui permet d’économiser de l’énergie et de l’eau : plus de 99 % de ce solvant est ainsi récupéré et réutilisé. La fabrication de la fibre Lyocell et des tissus TENCEL® ne requiert pas de produits chimiques nocifs (comme le formaldéhyde) parfois utilisés pour produire ce type de tissu.

Le nylon recyclé

Une entreprise italienne de production de fibres synthétiques, Aquafil, semble avoir trouvé une voie pour lutter contre l’urgence climatique : recueillir les déchets plastiques et les revaloriser pour fabriquer des textiles à impact zéro sur la nature. Ainsi est né l’Econyl, un fil 100 % recyclé et recyclable. L’Econyl possède les mêmes qualités que le nylon « vierge », indispensable dans l’industrie du textile, notamment pour fabriquer des vêtements de sport ou des maillots de bain. Des vêtements pour lequel des alternatives en fibres naturelles sont difficilement trouvables.

Léa Marcq est la fondatrice et rédactrice en chef de THE ALLEAH. Sa mission est de démocratiser la mode responsable. La rendre plus ludique et plus accessible aux lecteurs de THE ALLEAH.