NEWS

Le Sapin de Noël éco-responsable est-il naturel ou artificiel ?

Entre le sapin de Noël naturel et le sapin de Noël artificiel, quelle est la meilleure option pour préserver la planète sans faire l’impasse sur les traditions de notre enfance ?

C’est le début du mois de décembre et pour nombre d’entre nous, ces dates marquent le commencement de la saison des fêtes. En bonne shoppeuse éco-responsable, nous n’avons pas cédé aux chant des sirènes du Black Friday et nous avons mis un point d’honneur à célébrer la fin du mois de manière éthique. Premier challenge ? Le sapin de Noël. Un sujet sur lequel nous entendons tout et son contraire. Lorsque les uns prônent l’utilisation du sapin artificiel (puisque, selon eux, réutilisable), les autres misent sur le sapin de Noël naturel (puisque selon eux, biodégradable) pour des fêtes écolos. Mais où se cache la vérité ? Entre le sapin de Noël artificiel et le sapin de Noël naturel, quel est le meilleur pour l’environnement ? Nous avons mené l’enquête.

L’empreinte carbone du sapin de Noël artificiel

En 2016 le Dr John Kazer du Carbon Trust a révélé qu’un arbre de Noël artificiel d’environ deux mètres avait une empreinte carbone équivalente à 40 kg d’émissions de gaz à effet de serre. Le double de l’empreinte d’un arbre naturel finissant en décharge ou bien brulé. Il faudrait par conséquent utiliser votre sapin de Noël artificiel plus de 10 ans pour que son impact soit inférieur à celle d’un arbre naturel.

L’empreinte carbone du sapin de Noël naturel

En regardant l’empreinte carbone du sapin de Noël artificiel, il peut donc sembler évident d’opter pour un sapin naturel. Pourtant s’il n’est utilisé que pendant les fêtes de fin d’année, cela peut avoir un impact important. Pourquoi ? Car il faut comptabiliser les émissions carbones engendrées par le transport et la culture massive de sapin pendant cette période.

Du coup, on choisit lequel ?

Si vous possédez déjà un arbre de Noël artificiel, utilisez-le le plus longtemps possible pour que son empreinte soit inférieure à l’arbre naturel. Aussi, même l’option fraîchement coupée reste la meilleure, il est possible de minimiser de manière conséquente son empreinte (de toute façon présente). Car oui, la manière dont est gérée la fin de vie d’un sapin après les fêtes de fin d’année est plus importante que la provenance de celui-ci. En replantant son arbre de Noël dans son jardin ou en l’utilisant comme feu de bois, son empreinte est réduite de 80%. Vous n’avez ni cheminée, ni jardin ? Il est possible de cultiver votre propre sapin en pot et de le ressortir chaque année. Non seulement cette pratique sera la plus écologiques, mais elle s’avèrera avec les années la plus économique. Et si vous n’avez pas la main verte, vous pouvez toujours cultiver votre esprit avec les livres inspirants sélectionnés par Marie