NEWS

L’INFO UPCYCLÉE : Peut-on rendre Instagram eco-friendly et autres lectures de la semaine

Ces dernières semaines, les initiatives de l’industrie textile en terme d’éco-responsabilité se sont surtout fait sentir durant les fashion week de Copenhague, New York, Milan, Londres et Paris. Entre la volonté de rendre ces évènements plus écologique en repensant les décors et la confection des collections, les maisons de luxe ont mis les bouchées doubles. Cependant, les maisons de retail ne sont pas en reste puisqu’elles aussi, plus anonymement, ont lancé leur propre petite révolution. C’est le cas de la plateforme de prêt-à-porter ASOS, impliquée ces cinq dernières années à rendre son modèle plus vert avec sa stratégie Carbon 2020. Il y a quelques jours, l’enseigne annoncait une réduction de 30% de ses émissions de carbone opérationnelles depuis 2016. La marque de lingerie italienne Intimissimi passe elle aussi au vert en dévoilant sa première collection engagée, dont les matières sont principalement naturelles et certifiées.

De l’autre côté de la Manche, Tom Jarrett, CEO de Normally imagine une fonction qui pourrait rendre votre feed Instagram plus éco-reponsable. Comment ? En imaginant une version consciente de sa propre consommation énergétique et de son empreinte carbone. L’usage de mots à la place d’images pousserait l’utilisateur à ne pas se goinfrer de contenu. Mais arriverons-nous vraiment à changer nos habitudes ?

C’est le faux pas de la semaine pour H&M. Helena Helmersson, ancienne responsable du développement durable chez H&M et désormais PDG de l’enseigne suédoise, imagine capitaliser l’expertise de sa chaîne d’approvisionnement via l’initiative « Treadler ». Puisque suivre la traçabilité d’une chaîne de production est souvent onéreux, H&M propose aux moyennes entreprises un accès à sa « banque de données », du développement de produits à l’approvisionnement, en passant par la production et la logistique. Seulement voilà, tout récemment, une enquête a révélé que certaines des manufactures travaillant pour H&M exploitaient encore des minorités, décrédibilisant d’emblée la viabilité de cette initiative.

L’info upcyclée de la semaine :