NEWS

Pourquoi est-ce si dur de faire de la mode responsable ?

Pour l’avoir observé depuis plusieurs mois déjà, il est indéniable que l’industrie de la mode a fait des progrès en terme de durabilité. Il y a 10 ans, la plupart des compagnies de fast fashion n’avaient même pas pris connaissance du problème. H&M et sa collection Conscious ont depuis emboités le pas et c’est aujourd’hui une bonne partie de l’industrie qui se remet en question. Depuis l’année dernière Inditex propose une ligne de mode responsable chez Zara (Join Life) et Asos parle de mode circulaire.

D’après une étude menée auprès de 52% des dirigeants de l’industrie par le « Global Fashion Agenda » en 2018, il a été mis en avant que le développement durable est devenu l’enjeu principal du secteur.

Néanmoins, même si l’industrie va dans le bon sens, près d’un tiers des entreprises n’envisagent pas de passer en mode durable, et ceux pour diverses raisons.

Katie Smith, directrice de l’analyse et de la compréhension chez Edited, une firme internationale spécialisée dans le retail donne son opinion : Passer à la mode durable sur le long terme nécessite plus que des belles paroles. La chaîne d’approvisionnement est si complexe qu’elle constitue un véritable cauchemar logistique pour la plupart des entreprises :

  • Changer d’une manufacture localisé en Asie pour un atelier plus proche coûte plus cher
  • Pour les consommateurs de vêtements colorés, le choix en terme de tissu écologique est restreint ou demande l’utilisation de produits toxiques afin de fixer les couleurs
  • Passer aux tissus durables en gardant les mêmes prix pour les grandes entreprises diminuent leurs marges.
  • Et enfin, la clientèle de la marque ne s’alignerait pas forcément avec la nouvelle politique durable de la compagnie et celle-ci pourrait perdre une grosse partie de sa clientèle.

Heureusement, beaucoup de nouveaux créateurs et marques slow fashion ne sont pas intimidés par l’ampleur du travai. Ils sont d’ailleurs de plus en plus nombreux et sensibilisent aujourd’hui une clientèle plus large. Car oui, rien de mieux pour passer à la slow fashion qu’une nouvelle proposition mode et de bonnes résolutions.